Alice Berthomieu
Musicothérapie Toulouse

La Musicothérapie

L’écoute, la pratique de la musique ont des effets bénéfiques auprès de personnes en grande souffrance sur le plan de la communication.

Lorsque les capacités cognitives sont très altérées ( cas de démence ) :

sons, vibrations et rythmes ont des effets stimulants.

 

Les travaux des neuroscientifiques autour de maladie d’Alzheimer et musique, se multiplient. - Hervé Platel, les différentes équipes..-

Ils confirment nos observations à partir d’ateliers individuels, de groupe.

 

Le champ de la musicothérapie s’enrichit, se crédibilise, les questions sont de plus en plus pertinentes :

- en stimulant le cerveau musical, peut-on prendre soin du cerveau Alzheimer ?

- les éléments constitutifs de la musique ont-ils une influence sur les maladies cérébrales dégénératives ?

 

La musicothérapie permet d’offrir un présent vivant, dans l’accompagnement de la personne âgée : en individuel, en groupe, à domicile, en institution.

En institution, le travail d’équipe sera le lien indispensable pour un accompagnement optimum.

A - La pratique musicale

- Elle active le lobe temporal et les aires cérébrales non atteintes par la maladie.

Cela vient compenser les dégâts présents dans une zone, à l’aide d’une zone non atteinte.

 

- En travaillant les fonctions musicales, on peut réactiver le langage.

 

- Nous noterons l’importance particulière du rythme, traité comme le langage, dans l’hémisphère gauche : tenter de retrouver le bon tempo de la parole.

Ceci permet au cerveau de reprendre les commandes, petit à petit, et à la parole de se reformer..

 

- Hauteur des sons, mélodies et rythmes sont des éléments qui se retrouvent dans la parole. On constate que les aphasiques aiment chanter : ils peuvent déceler l’intonation, la hauteur du son.

B - L’écoute musicale

Très importante, car elle :

- active les régions impliquées dans la mémoire, le cortex frontal, l’hippocampe,

- révèle la mémoire musicale & affective,

- permet un travail sur les fonctions mnésiques à long terme, renvoie à des images, des situations vécues, facilite l’émergence des souvenirs..

 - a un effet sécurisant par la répétition du thème, du motif sonore.

C – Une séance de musicothérapie

1- Les objectifs

découleront de la demande et du bilan établi.

 

  • Utiliser les sons, rythmes et mélodies comme médiateurs de relation, de communication.
  • Redonner du sens, stimuler la mémoire, les facultés cognitives, affectives, en faisant du lien entre mouvement, voix et musique.
  • Rassurer, favoriser la détente et l’émergence des souvenirs avec l’écoute d’œuvres musicales adaptées.
  • Créer en groupe un espace de plaisir et de projet pour sortir de l’isolement.
  • Apporter mieux-être/ apaisement/ changement de comportement.

 

2 – Les moyens

seront choisis en fonction du bilan de réceptivité musicale : questionnaire sur l’histoire sonore- musicale, et test d’écoute.

 

  • Objets sonores, petits instruments de musique à percussion.
  • Travail du rythme, du geste, de la voix.
  • Écoute d’extraits d’œuvres musicales différentes.

 

3 – L’organisation

sera centrée sur l’écoute et l’observation de la personne.

 

Le rythme sera de 1 à 3 fois /semaine selon la demande.

La durée de 20 à 35, prendra en compte les capacités d’écoute et de concentration de la personne.

 

  • Nous commencerons par une écoute musicale pour :

  °offrir un espace contenant et un repère rassurant,

   °favoriser le travail corporel,

  °redonnera du sens à une Histoire qui a été vécue.

 

  • Nous aborderons :

  ° le geste, le mouvement,

  ° le rythme par le jeu de tambourins, maracas, clochettes..

  ° la voix grâce aux chansons connues, à découvrir.

 

4 – Une évaluation

sera effectuée en fin de séance, autour du sonore musical.

 

L’élaboration d’un tableau à double entrée permettra de :

  • situer avec précision les phénomènes du complexe sonore,
  • offrir un repérage des paramètres mis en jeu,
  • aider à élaborer une stratégie pour les séances suivantes.

 

Musicothérapie, rencontre entre son et musique, au carrefour

de toutes les facultés humaines : physique, intellectuelle et affective.

 

La Haute Autorité de Santé met la musicothérapie dans les recommandations

« de bonne pratique », en tant que thérapie non médicamenteuse


Articles similaires