Alice Berthomieu
Musicothérapie Toulouse

La Musique

Intimement liés, rythme, mélodie, harmonie et silence sont indissociables, mais séparés ici pour les besoins de l’étude.

La musique, riche de ces éléments, faisait partie de la vie, bien avant le langage parlé.

1 - Le rythme – la vie physiologique -

° Élément essentiel de la musique, le rythme est la répétition d’un phénomène physique de nature auditive.

Sans le rythme, il n’y a pas de musique. Et sans le rythme, il n’y a pas de vie !

° Lié à la vie physiologique, c’est l’élément que nous percevons en premier.

Il est souvent comparé aux rythmes biologiques de base : le rythme cardiaque, respiratoire, celui du développement de nos cellules, la nuit, le jour, les marées…

° Le rythme, ce sont les mouvements, les pulsions.

Il est associé au sentiment d’existence et au besoin fondamental de sécurité.

Dans sa dépendance organique, le fœtus subit l’empreinte rythmique relative aux variations de la mère.

Dans toutes les cultures, on constate l’utilisation de gestes rythmiques liés à la respiration : lecture à voix haute dans les monastères, prières psalmodiées, partage rythmé de la mélopée.

2 - La mélodie – la vie affective -

La mélodie, c’est « l’air » de la chanson, ce qui chante dans la musique, même en l’absence de voix. C’est une succession de sons ordonnés de façon à constituer une structure perceptible et agréable.

Qu’en est-il du son ? Il est difficile à définir, car ce phénomène physique, isolé, n’est pas forcément musical.

La perception du son est très subjective et liée à la vie affective. Les moyens phoniques donnent la dimension affective.

Dès l’origine, le fœtus perçoit le son comme une unité sensorielle globale. Cela participe à l’amorce de son histoire avec sa mère.

Il ressent les vibrations ; il est déjà dans le réseau du langage.

Petit à petit, l’enfant va imiter, créer, choisir et conserver les sons les plus faciles à prononcer.

Pour Sigmund Freud, la voix maternelle serait le premier modèle d’un plaisir auditif.

In Essais de Psychanalyse Appliquée, Paris, Gallimard, 1971.

A travers la voix, la mélodie peut adoucir, apaiser, aider à exprimer un ressenti.

3 - L’harmonie – la vie intellectuelle -

On peut donner cette définition de l’harmonie :

° L’ensemble des caractères sur lesquels est basée en musique la combinaison des rythmes, sons et voix.

° La référence du mode en tant qu’étendue d’intervalle ; le mode a une sonorité qui lui est propre avec les mêmes notes que la gamme dont il est issu.

En exemple, on citera la différence entre la musique orientale – 96 modes –  avec la musique occidentale – 2 modes, un majeur et un mineur.

° Élaborée, pensée, raisonnée, l’harmonie est l’intercommunication entre le rythme et la mélodie,

Elle est l’apanage de l’être humain, la création artistique.

4 - Le silence – la relation, la communication -

° En musique, le silence, c’est la coupure du son, le calme...mais pas de l’expression musicale.

Toujours présent dans la musique, le silence correspond à une pause, une demi-pause, un soupir.

° C’est un moment pendant lequel il n’y a aucun bruit,

° Dans la relation entre des personnes : c’est le fait de se taire, le repos, silence-respiration, silence inquiétant ou non dans une conversation..

C’est l’écoute ; celle de la parole de l’autre ou de son silence.

La façon dont il sera géré aura un impact direct sur la qualité de la communication.

Avec chacun des paramètres qui constituent la musique :

rythme, mélodie, harmonie, silence, nous sommes en présence d’éléments sonore-musicaux liés au développement de l’être humain.

Ils ont des liens avec l’environnement sonore dans lequel nous évoluons.

Ils font partie de notre histoire, de celle de toutes les sociétés et cultures, au cours des siècles.


Articles similaires