Alice Berthomieu
Musicothérapie Toulouse

La Musicothérapie

Des civilisations anciennes jusqu’à nos jours, de nombreux exemples, rapportés par les philosophes et les historiens montrent que les liens entre médecine et musique ont toujours existé.

  • Esculape, dieu de la médecine dans la religion romaine, utilisait la musique pour soigner,
  • Caelius Aurélianus, médecin romain, relate que les Anciens chantaient au-dessus du point douloureux, car le frisson de l’air soulageait,
  • Démocrite pensait que le son de la flûte était d’un grand secours contre la peste, alors qu’il exclue le pouvoir des dieux.

Dans l’Égypte ancienne

  • la musique était le lien privilégié entre les hommes et les dieux : chants et tambours accompagnaient Pharaon au pays des Ombres,
  • sur le papyrus d'Ebers était écrit : « Quand le malade prend sa médecine, il doit  chanter l'incantation appropriée ».

Chez le Hébreux, 1000 ans avant notre ère

  • David guérit Saül de sa neurasthénie par le jeu de sa harpe.

Chez les grecs anciens

  • dans l'Odyssée : des chants magiques arrêtent l'hémorragie d'Ulysse, enrayent une  épidémie,
  • Hermès, fils de Zeus, assemble trois cordes à une carapace de tortue : la lyre est née,
  • Platon disait l'inefficacité des recettes médicales sans la musique,
  • Aristote : « Les arts du rythme améliorent le moral, l'anxiété disparaît ; le calme, la  sérénité, la réussite apparaissent ».

Au Moyen-Âge

  • la médecine est aux laïcs, la musique aux troubadours.

À la Renaissance

  • les médecins sont musiciens : Rabelais.

Au XVIIeme siècle

  • Marin Marais, élève de Lully, écrit douze sonates pour clavecin, intitulées  « Les bizarreries de la goutte ».

Au XIXeme siècle

  • la collaboration est étroite entre médecine et musique : invention du laryngoscope.
  • 1801 : les Dr Pinel et Esquirol observent les réactions des patients jouant ou écoutant de la musique, à la Salpêtrière.  Ce sont les premières expérimentations, précurseurs de la musicothérapie d'aujourd'hui.
  • 1882 : le Dr Francisco Vidal y Careta de Barcelone établit une classification des compositions musicales en fonction de leurs effets sur l'organisme.

La musicothérapie prend son essor au XXeme siècle

  • 1920 : le Dr Candela Ardid écrit « La musique en tant que soin dans les maladies  nerveuses »,
  • 1942 : le Dr Pontvik crée le 1er Institut de musicothérapie à Stockholm,
  • 1950 : aux Etats-Unis un 1er groupe de travail se constitue,
  • 1954 : en France, Jacques Jost - ingénieur du son - introduit certaines bases de la musicothérapie,
  • 1957 les Dr Verdaux et Frances en collaboration avec l'ORTF, créent un « procédé d'enregistrement des réactions physiologiques provoquées par différents stimuli sonores » afin de mieux comprendre les effets de la musique,
  • 1961 : communication du Dr Zoila – psychiatre- ,
  • 1970 : recherches et expérimentations se multiplient dans les centres de soins ;  l'influence du rythme chez les psychotiques est étudiée,
  • 1974 : 1er Congrès Mondial de Musicothérapie à Paris,
  • 1981 : parution en langue française du « Manuel de Musicothérapie » du  Pr. Rolando Benenzon.

 

Actuellement, elle est reconnue en tant que discipline à part entière dans plus de 30 pays, dont le Canada, les États Unis, l’Allemagne, l’Argentine…

 

En France  :

- elle s’intègre dans les lieux d’accueil et de soins, mais elle n’a pas de statut,

- la recherche et la formation se développent dans les universités, les centres associatifs  de nombreuses villes: Paris, Montpellier, Bordeaux, Nantes, Dijon, Toulouse..


Articles similaires