Alice Berthomieu
Musicothérapie Toulouse

La Musicothérapie

Nous préciserons l’intérêt de la musicothérapie en tant que moyen d’aide et de soutien dans différents domaines.

Pour cela, il est important de définir les 2 mots qui composent ce terme  : musique et thérapie.  

Cette discipline est « originelle », car depuis le début de l’histoire de l’humanité, la musique a un lien intime avec l’histoire et le développement de l’être humain, dans toutes les sociétés et cultures.

Elle a toujours été utilisée à des fins curatives au cours des siècles, avec un côté parfois magique et mystérieux.

1 - La musique

  • Dans la Grèce antique, la musique était l’art suprême.  Euterpe, celle qui sait plaire, réunissait l’activité des neuf muses, filles de Mnémosyne, déesse de la mémoire.  C’était un ensemble culturel parfait avec Orphée et Amphion sous la conduite d’Apollon.
  • En Égypte, la musique était attribuée à Thot ou Osiris, le messager en fonction, celui qui parle.
  • Chez les Hindous, Brahma était le dieu créateur démiurge.
  • Chez les Juifs : Jubal ou Tubal, fils de Caïn, fut l'inventeur de la musique et du chant cf. Pictagoras : D'après le Polychronicon, Isidore dans ses Étymologies  mentionne qu'il fut l'inventeur de la musique, du chant, de l'orgue et de la trompe. Il inventa cette science en écoutant le rythme des marteaux de son frère : Tubal-Caïn.
  • Antérieurement à cette période, trois mille ans avant l’ère chrétienne, la musique existait déjà. Dans de nombreux pays où la civilisation était très avancée, des éléments ont été retrouvés. Il s’agit de la Chine, l’Inde, la Mésopotamie…  Un fragment d’os, taillé dans un fémur d'ours a été découvert dans la grotte de Divje Babe en Slovénie. Il s’agirait de la flûte la plus ancienne.   
    in musicologie.org 2005-2008, les spécialistes l'ont daté de 43000 ans, (Homme de Néandertal)

 

La musique faisait partie du rythme de la vie, bien avant le langage parlé.

2 - La thérapie

Ce mot de thérapie est mentionné pour la première fois dans le « De vita Contemplativa » de Philon d’Alexandrie, philosophe grec d’origine juive - CNRS 1967-

Les thérapeutes étaient ces médecins des âmes, installés hors de la ville.

Aujourd’hui nous savons qu’il existe deux domaines intimement liés : l’un traitant des soins du corps, l’autre des soins de l’âme.

La musicothérapie fait lien car elle met en jeu le corps et l’esprit. Elle s’adresse à une personne singulière en s’adaptant à ce qu’elle a de spécifique, d’unique.

Le Dr Rolando Benenzon, psychiatre argentin, a posé les bases de la musicothérapie dans le « Manuel de musicothérapie », éd. Privat, 1981.

° Il la définit en tant que discipline qui utilise le mouvement, le son et la musique pour favoriser l’ouverture de canaux de communication chez l’être humain. L’objectif est

d’obtenir des effets thérapeutiques et psychoprophylactiques, ainsi qu’une amélioration pour lui et son entourage.

° Il élabore la théorie de la musicothérapie à partir du concept de l’ « Iso » dans

« Théorie de la musicothérapie à partir du concept de l’Iso », éd. Du Non Verbal, 1992 :

Chacun de nous est doté d’une identité sonore universelle et unique. Cette identité est formée de tous les sons qui ont constitué notre environnement, depuis la naissance

et bien avant. En effet, le fœtus perçoit les rythmes et les vibrations du corps de sa mère. Cela permet de comprendre les différentes sensibilités à la musique, les goûts et rejets de certains sons.

La musicothérapie est un moyen d’aide dans la relation à travers le sonore musical.

° par sonore, je nomme les sons qui nous entourent, ceux que nous produisons ou subissons ;

° le musical comprend l’audition d’œuvres, le jeu des instruments de musique, l’émergence de la voix et du mouvement.

 

Dans un prochain chapitre, nous proposerons un historique - non exhaustif - de la musicothérapie.


Articles similaires